equipeabonnementboutiquepubContact

N°971 - Décembre 2018 Equipement Le tachygraphe intelligent Ce qu'il nous prépare Qu'il s'appelle SE5000 Connekt chez Stoneridge ou DTCO 4.0 chez Continental VDO, un tachygraphe dernière génération devra être installé à bord des camions neufs dès le 15 juin 2019, répondant à la nouvelle législation 1C. Il limite les risques de fraude et pourra être interrogé à distance par les forces de l'ordre quand celles-ci seront dûment équipées, c'est-à-dire pas avant quelques années... Le tachygraphe « intelligent » s'inscrit dans la réglementation (UE) 165/2014 qui vise à réduire les fraudes liées aux manipulations, à améliorer l'efficacité du contrôle du système et à réduire la charge administrative pour les entreprises. Il s'agit donc d'un tout nouvel équipement. 2034 ou 2021 pour  les camions en transit ! Les camions immatriculés à partir du 15 juin 2019 devront en être équipés, mais il faudra attendre 2034 pour qu'ils soient imposés en seconde monte sur les véhicules réalisant du transport international ! Certains pays de l'Union européenne cherchent toutefois à ramener cette date à 2021, car cela permettra de mieux contrôler le respect des règles du cabotage. Quatre nouvelles technologies sont intégrées : un GPS pour vérifier la cohérence du trajet en temps réel (la position du véhicule est détectée automatiquement grâce à la technologie satellite GNSS), une petite antenne pour les contrôleurs, un nouveau capteur (dans un souci d'inviolabilité) et un nouveau plombage. Le tachygraphe intelligent utilise également la communication dédiée à courte portée (DSRC), un dispositif radio sécurisé pour communiquer à distance avec les organes de contrôle, sans arrêter le véhicule. Ceux-ci pourront ainsi déterminer depuis le bord de la route quel camion est le plus susceptible d'être en infraction, et éviter d'arrêter des conducteurs qui n'ont rien à se reprocher. Le module GNSS (Global navigation satellite system) enregistre la position du véhicule au début et à la fin d'un trajet, avec des mises à jour toutes les trois heures. Aujourd'hui, rappelons que seul le pays traversé est spécifié. Les contrôleurs terrestres peuvent ainsi vérifier la conformité avec les règles de cabotage. C'est donc un progrès, mais pour l'instant on ne sait pas en temps réel à quel moment le camion passe d'un pays à l'autre. Stoneridge en est aux phases finales de test pour son SE 5000 Connekt. « Nous avons intégré notre propre module de géoloc, précis à 200 m près, qu'on utilise comme une nouvelle seconde source, en remplacement du capteur d'ABS », souligne Jean-Jacques Brossut, directeur commercial chez Stoneridge. A propos de l'antenne qui permet l'interrogation à distance par les forces de l'ordre, Stoneridge a fait en sorte qu'elle donne aussi accès au poids du véhicule quand les systèmes de pesage sous le bitume seront installés, ce qui est prévu en 2021. La surcharge pourra donc automatiquement être détectée par les contrôleurs. Par ailleurs, l'appareil autorise l'enregistrement de nouveaux événements et de nouveaux codes défauts. « Le capteur est désormais scellé dans la boîte de façon inviolable, son numéro est répertorié et il est donc traçable. Si le capteur est changé, le chronotachygraphe doit l'être aussi », souligne Jean-Jacques Brossut, qui met aussi en avant les points sur lesquels Stoneridge a devancé son concurrent : « Il est intuitif, facile d'utilisation et surtout rapide ! ». Chez VDO, il s'appelle le DTCO 4.0 Chez Continental VDO, qui détient 65 à 70% des parts de marché en France, c'est le DTCO 4.0 qui répond aux futures obligations. Tout juste lancé, à l'instar de son concurrent, il bénéficie d'un cryptage et d'un système de communication des données renforcés, pour être en adéquation avec le Règlement général sur la protection des données (RGPD). « Nous avons décidé d'installer de série l'ITS, alors que la réglementation précise qu'il ne s'agit pour l'instant que d'une option », souligne Dr Scholten, responsable de la division Tachygraphes et Télématique chez Continental en Allemagne. L'ITS, c'est ce qui permet notamment le contrôle à distance du tachygraphe par les forces de l'ordre. Plus largement, l'ITS permet l'exploitation de plus de 70 informations différentes, envoyées via la technologie DSRC intégrée directement au tachygraphe. Dans les pays où l'écotaxe est en place, par exemple, un traitement automatique des péages est possible. « Le capteur (conçu en interne chez VDO) et le plombage sont connectés. Pendant le contrôle réglementaire, l'atelier sait tout de suite s'il y a eu falsification, mais surtout, les policiers voient du premier coup d'œil s'il y a eu manipulation, à distance, avec leur transmetteur DSCR », fait remarquer le Dr Scholten. On remarquera que, chez Stoneridge comme chez VDO, la façade de l'appareil n'a été que légèrement améliorée. Il est vrai qu'aujourd'hui, les infos sociales se retrouvent sur un écran annexe au tableau de bord et que les conducteurs n'ont pas vraiment à la regarder pour savoir où ils en sont dans leurs temps de conduite et de repos... Attention, les entreprises doivent vérifier que leurs outils de téléchargement et de gestion des données seront compatibles avec le nouveau tachy : les logiciels d'exploitation de données 1B et 1C, comme Solid, devront en effet s'adapter au nouvel ensemble de données. Stoneridge notamment fournira les mises à jour de son propre logiciel. A noter que si l'efficacité du tachygraphe intelligent est confirmée par les premiers mois d'utilisation en conditions réelles, l'Union européenne pense à le généraliser en deuxième monte. Marie FRÉOR Les cartes conducteurs changent A partir de l'arrivée du tachy intelligent en juin 2019 sur les nouveaux camions immatriculés, les cartes conducteurs en fin de validité seront automatiquement remplacées par une nouvelle carte. En ce qui concerne les cartes conducteurs, il est prévu que les cartes actuelles soient progressivement supprimées et remplacées par une version 1C, qui enregistrera les informations supplémentaires dans le cadre de la nouvelle législation. Cette nouvelle carte fonctionnera sur tous les tachygraphes, y compris les modèles utilisés aujourd'hui, tandis que les « anciennes » cartes fonctionneront aussi sur les tachygraphes intelligents, mais n'enregistreront que le jeu de conduite correspondant à la législation 1B actuelle. « Les cartes conducteurs restent donc valables jusqu'à la fin de leur vie, c'est-à-dire 5 ans, même avec le nouveau tachy. Seuls les ateliers doivent en avoir une nouvelle ». C'est donc sur la carte atelier que ça peut coincer, si Chronoservice se laisse déborder comme ce fut déjà le cas. Il y a 1 200 cartes atelier à changer en France, et à terme 650 000 cartes conducteurs (y compris le compte propre). Stoneridge et la vision intelligente On connaît bien l'américain Stoneridge pour son chronotachygraphe, mais on sait moins qu'il est aussi très actif dans les systèmes embarqués de vision ou autres systèmes électroniques. Avec ses 11 usines d'électronique embarquée et ses 10 centres de R&D, le groupe américain Stoneridge, l'un des deux protagonistes de tachygraphes, travaille aussi beaucoup sur la vision intelligente (grâce à sa filiale Orlaco), les tableaux de bord et les ECU (Electronic control unit), c'est-à-dire les calculateurs et autres capteurs de température. Dans le domaine de la vision, 3 groupes de produits sont l'apanage de Stoneridge : les caméras frontales, latérales et arrière Famos ; le Cornereye, qui remplace le rétro avant et latéral, et offre une vision à 270° pour éviter l'angle mort (on le trouve de série sur les camions Daf et Scania) ; le Mirroreye, c'est-à-dire le rétroviseur numérique (comme sur l'Actros?5), appelé à être généralisé. Selon Jean-Jacques Brossut, directeur commercial chez Stoneridge, même l'éventuelle surcharge du camion pourra être détectée à distance par les contrôleurs. Visuellement, peu de différence avec la version actuelle du tachy de chez Stoneridge. Il faut dire que ce n'est plus là qu'on regarde pour savoir où on en est pour les temps de conduite. Tous les éléments reliés au tachy VDO (basiquement, les mêmes que chez son concurrent), dont le nouveau capteur. Théoriquement inviolable, son interrogation à distance permet de savoir s'il y a eu falsification. Qui équipe qui ? Alors qu'Iveco, Renault et Volvo Trucks ont un accord privilégié avec Conti VDO pour leurs camions, les autres constructeurs sont équipés en Stoneridge : Daf, Man, Mercedes, Hino, Scania, Hino et Volkswagen.