equipeabonnementboutiquepubContact

Profession 34 35 N°950 - Janvier 2017 Portable au volant  Prendre conscience des risques Utiliser le téléphone en conduisant provoque quatre fois plus de morts qu'en 2010... Pas étonnant quand on sait qu'un usager sur trois lit immédiatement ses SMS alors qu'il est au volant. L'inattention, qui représentait environ 4 % des accidents mortels avant 2010, a grimpé à 17 % en cinq ans (les chiffres les plus récents datent de 2015). En cause, l'utilisation croissante des smartphones au volant, tant sur des trajets privés que professionnels. Pour tenter d'alerter sur ce fléau, l'Asfa (Association des sociétés françaises d'autoroute) lance une campagne via internet. 6 conducteurs sur 10 téléphonent au volant Elle s'appuie sur un chiffre quelque peu alarmant : près de 60 % des conducteurs téléphonent au volant ! C'est du moins ce qui ressort d'une enquête que l'Asfa a réalisée en 2016 auprès de 2 000 conducteurs. Autre conclusion de cette enquête : 31 % des sondés déclarent lire immédiatement tout mail, SMS ou notification (réseaux sociaux, actualités, jeux en ligne...) reçu lors du temps de conduite. L'Asfa rappelle une donnée simple au volant d'une voiture à 130 km/h, 5 secondes passées sur un smartphone représentent près de 170 m sans regarder la route, et pour un camion à 90 km/h, la même durée d'inattention se traduit par une distance de 125 m, avec les conséquences qu'on imagine. Toujours pour le conducteur de camion, 15 secondes passées au téléphone représentent 375 m en état de déconcentration ! Ce que dit la réglementation De nombreux conducteurs considèrent l'appel au volant comme un geste anodin, alors que l'utilisation ou la manipulation d'un téléphone portable par un conducteur est punie d'une amende de 135 €, et d'un retrait de trois points du permis de conduire. Un geste anodin, qui risque donc de tuer, sinon de coûter cher ! Attention, si toucher un téléphone lorsque l'on conduit est interdit, l'excuse de dire que l'on était juste en train d'utiliser son GPS est totalement éculée de nos jours, car il est dit dans le code que lorsqu'on conduit, on ne doit faire que cela et être prêt à réaliser toutes les manœuvres attachées à la conduite. Cela implique d'avoir ses mains sur le volant... • Marie FRÉOR Il vaut mieux attendre la pause pour téléphoner. Car se faire prendre avec un téléphone à la main coûte 135 €, et surtout votre permis est délesté de 3 points ! Implications juridiques Sur le même plan que la drogue ou l'alcool, associer l'usage du téléphone et la conduite peut avoir des conséquences très graves, et pas uniquement sur les points de votre permis de conduire. Depuis quelque temps, en cas d'accident grave, les forces de l'ordre font quasi automatiquement, pour ne pas dire toujours, des recherches sur l'alcoolémie du conducteur, sur la prise éventuelle de produits « toxiques et interdits », mais aussi sur l'usage éventuel du téléphone au moment de l'accident. Des prélèvements et des recherches qui, même si vous n'étiez pas responsable, peuvent avoir des conséquences très graves, que ce soit sur le plan juridique ou des assurances. Photos Fréor « Téléphonez-vous au volant ? » Un accident mortel sur six est dû au relâchement de l'attention, notamment en téléphonant ou en écrivant un message sur un portable. Malheureusement, bien que conscients du danger, les routiers ont du mal à ne pas succomber à la tentation. Michel, 52 ans « Ils zigzaguent en écrivant un SMS » Je suis totalement conscient du danger que représente le fait de téléphoner en conduisant. Je n'utilise que le bluetooth. Le pire, c'est d'écrire un SMS : quand on voit un camion ou une voiture zigzaguer, c'est souvent à cause de ça. Quand j'en reçois un, ça m'arrive de regarder, mais en aucun cas d'y répondre. Il faut dire que je ne suis pas de la jeune génération. Mes collègues de 20-35 ans, c'est tout le temps et partout ! Laurent, 47 ans « Si le patron appelle, c'est pour notre pomme » Je ne vais pas me cacher : quand je reçois un SMS, je le lis, et même parfois j'y réponds. Le patron n'est pas le dernier à en envoyer. D'ailleurs, un jour où je répondais à son appel téléphonique, un gendarme m'a arrêté ; j'ai eu droit à l'amende et au retrait de points ! Quand j'ai rappelé la boutique pour demander qui paierait l'amende, on m'a répondu : « Il ne fallait pas décrocher ! ». Désormais, je le fais avec des oreillettes. Le bluetooth ne fonctionne pas bien : au bout, on ne m'entend pas bien. Jean-François, 35 ans « Pas de SMS en roulant » Ça n'engage que moi, mais je trouve qu'on casse beaucoup de sucre sur le dos du téléphone. Nous, entre collègues ou avec le patron, on est régulièrement au téléphone au volant, en kit mains-libres. Ça ne nous porte pas préjudice pour autant, et j'arrive à faire attention à la route quand même. Par contre, on ne me verra pas envoyer de SMS en conduisant ! Stéphane, 41 ans « Ça nous fait rater la sortie » Avant que l'oreillette soit interdite, on l'avait en permanence. Maintenant, on utilise le bluetooth. La route est longue, c'est difficile de résister à la tentation de bavarder au téléphone, même si ça a un impact sur l'attention. La preuve, on a vite fait de rater une sortie à cause de ça ! Un bouquin à avoir Les problèmes de droit pour tout ce qui touche le permis et les points de permis sont vulgarisés dans un ouvrage assez bien fait. Les éditions du puits Fleuri ont sorti un intéressant guide rédigé par un avocat pénaliste, Droit pénal de la circulation routière. Comme son nom l'indique, il traite des différentes infractions au code de la route, du permis à points, de la façon de récupérer les points... et des voies de recours en cas de problèmes. 24 € Comme source de distraction, le téléphone est n°1, mais il y a aussi tous les « gadgets » de type GPS ou ordinateur de bord multifonction (dont on voit ici la télécommande) Oreillettes interdites, bluetooth toléré Ne pas confondre tolérance et autorisation. Car en cas d'accident, ça ne pardonne pas ! Beaucoup sont passés aux oreillettes, mais depuis le 1er juillet 2015, il est interdit de porter à l'oreille tout dispositif susceptible d'émettre du son, ce qui comprend les kits mains libres (oreillettes) et casques audio... Bref, tout ce qui nécessite des écouteurs, des oreillettes ou un casque. Seul le système bluetooth (les oreilles étant dégagées) est toléré. Mais attention, toléré ne veut pas dire autorisé... En effet, si vous avez un accident et que l'on peut démontrer que vous étiez en train de téléphoner, il y a de fortes chances qu'une partie de la responsabilité vous incombera (voir encadré ci-contre à gauche). Même sans être dans un contexte d'accident, si vous tombez sur un policier ou un gendarme tatillon, il pourra dans certains cas considérer le fait que vous téléphoniez en bluetooth comme une « mise en danger d'autrui », ce qui est puni d'un an d'emprisonnement et d'une amende pouvant atteindre 15 000 € (article 223-1 du code la route). - JR