equipeabonnementboutiquepubContact

N°956 - Juillet / Août 2017 Sport Sport Grand Prix du Castellet 76 77 N°956 - Juillet / Août 2017 Grand Prix du Castellet Jusqu'au bout de l'ennui Et de huit ! Huit sur huit. Malgré les consignes qu'il a dû recevoir de maintenir un semblant de suspense en tête de course, Anthony Janiec reste invaincu. Au Castellet comme à Charade, Janiec a remporté les quatre courses au programme ! Thomas Robineau (Man Allo Pneu), qui revenait d'une pige en championnat d'Europe en Italie récompensée par une 5e place, n'a fait qu'illusion au Paul Ricard... Le Man jaune de Janiec a été particulièrement bien préparé cette saison, et son pilote est plus motivé que jamais. Formé à l'école de la Formule?3?Europe (champion Trophy?B) aux côtés de Sébastien Vettel, ce pro de la course n'avait toujours pas été récompensé de ses exploits en championnat d'Europe. En cause, les sanctions souvent injustes infligées par les commissaires. Après neuf saisons en camions, Janiec a estimé qu'il était temps d'inscrire un titre sur son palmarès, même s'il doit se contenter d'une Coupe de France 2017. Pilote de pointe d'une écurie (Lion Truck Racing) qui engage quatre camions (avec Jean-Charles Mauri sur le Renault) susceptibles d'intégrer le top 5, il pourrait même faire l'impasse au Mans, afin de disputer la manche européenne. Ses équipiers progressent, à l'image du pilote et transporteur varois Lionel Daziano (formé au Trophée Andros), qui a eu la bonne idée d'échanger un modeste Daf CF contre l'un des redoutables Man TGS jaunes. Daziano s'offre ainsi deux podiums, ce qui devrait l'encourager à revenir. Juste derrière, on retrouve le jeune Louis Meric (3e Man TGS du Lion Truck), toujours placé. Le supplice portugais de Montagne Les deux autres accessits sur le podium auraient dû revenir à Lionel Montagne (Renault). Mais les deux pilotes portugais Teodosio (2 podiums) et Sousa l'ont vu autrement, tout comme les commissaires. Dès le premier virage, Teodosio est venu harponner Montagne en freinant contre la cabine du Premium B2Pweb. Les commissaires n'ont pas eu la curiosité de visionner les images et la vidéo embarquée. Car au team Aravi, on savait que les faits allaient se produire comme nous l'avions annoncé en mars, et se reproduire à chaque manche. En course 2, c'est Sousa qui a tenté de résister aux attaques et au talent de Montagne (4e), mais le Portugais s'est loupé au freinage. Après avoir renoncé sur de récurrents problèmes de direction en course 3, Montagne a retrouvé Sousa en course 4, et ce fut un carnage. A chaque freinage, le Portugais est venu laminer, puis découper la jante alu du Premium de Montagne, jusqu'à la faire éclater ainsi que le pneu. Et cela toujours sous l'approbation implicite des juges, qui expliquent qu'il n'y avait pas de caméra dans le seul virage où il se passe quelque chose et où se trouvent tous les photographes ! C'est bien de critiquer les promoteurs européens, mais cela serait mieux de ne pas reproduire leur laxisme... En route vers l'Europe Même durant l'épreuve de mécanique avec un changement de roue, le team Aravi (2e) a été battu... par le même Team VTR. Il aurait été intéressant d'inviter Teodosio à faire un tour d'honneur afin de vérifier si la roue avait été bien resserrée, comme l'implique le règlement. Mais cela aurait été trop risqué de voir une roue folle reprendre sa liberté ! Pour le reste des courses, ce fut limpide, trop même au goût du public (40 200 spectateurs), déjà parti voir les camions décorés. Nous retiendrons les dépassements d'Orsini et d'Ostaszemski, parti 24e pour finir 8e. On attendait une compétition entre 24 camions, ce fut une procession ! Vivement l'an prochain avec le retour du Castellet au calendrier du championnat d'Europe en lieu et place de la manche de Nogaro. Avec l'espoir que les promoteurs apporteront un plateau plus riche que les 13 camions engagés cette année en Europe. Christian FLETCHER Lionel Montagne (Renault) a reçu le soutien moral des hôtesses du Team Aravi pour relativiser la cascade d'ennuis subis de la part des pilotes portugais. Photos Fletcher Séquence émotion pour Noël Crozier, invité à revenir sur le circuit de ses succès passés, avec sa combinaison et son casque. Ce Renault R 370 a été spécialement décoré par BFT, comme celui qu'il pilotait en 1984. Belle animation chez Volvo avec la venue du proto Iron Knight 2400 du pilote suédois Böje Ovebrink, qui avait couru au Castellet. Dès la course 1, Teodosio (MKR n°23) se loupe au freinage et percute Montagne (Renault n°2) , qui subira le dimanche les assauts de Sousa. Photos Fletcher Photos Fletcher Il n'y a pas que la course ! Avec la présence de 200 camions décorés, tuning, US, pompiers et de vénérables anciens dont deux camions de course de 1984, les 40 200 passionnés (un record) en avaient plein les yeux au Castellet. Avec Morgan, le fils de Nathalie Simonin (vue dans LR de novembre 2016) et Anae, la petite-fille d'Edmond Barbaro, l'avenir de la profession est assuré. L'avantage avec Pirate des Caraïbes, c'est que la décoration revient dans l'actualité régulièrement. On en est au 5e volet. Photos Fletcher En vedette, on retrouvait au Castellet la nouvelle cabine du Scania, avec l'exposition des premiers modèles décorés. Volvo avec son FH 4 et Scania avec sa série S sont toujours les marques les plus recherchées. Ainsi, jusqu'au bout de la nuit, après le concert et même tard dimanche soir, les routiers ont partagé leur joie de se retrouver, en rendant hommage (parfois sans modération !) à la boisson anisée du fondateur du circuit, Paul Ricard. C'est tout l'avantage d'avoir un lundi de Pentecôte pour retrouver ses esprits et reprendre la route en toute sécurité. Rendez-vous est pris pour les 19 et 20 mai 2018. l Christian FLETCHER A gauche : les transports Lamouille de Vougy (74), représentés par Amandine et son père Richard, ont obtenu le prix Coup de cœur du public pour leur Scania S 730 et leur Volvo 540. Le routier Pierre Raymond est venu de la Haute-Loire pour défiler avec son Daf 2800 (ici au côté du R 370 de Crozier, qui date de 1984). Il avait été engagé en 1985 par Henri Chevalier et conservé par les Transports Visconte (43). Photo Raymond