equipeabonnementboutiquepubContact

Breves SEJT

Rechercher dans nos brèves :


Mise en ligne le 11/08/2017 08:33:11 Référence : 45124

Cartel des camions : les transporteurs français davantage floués que leurs homologues européens

Il y a un peu plus d'un an, en juillet 2016, la Commission européenne infligeait au « cartel des camions » une amende record de 2,93 milliards d'euros pour entente illicite sur les prix pendant quatorze ans (entre 1997 et 2011) des constructeurs européens (seul Scania n'est pas en cause pour l'instant), ce qui représente une violation des règles de la concurrence. L'autre aspect de cette affaire, moins connu, est l'impact écologique de ces petits arrangements : l'introduction des normes antipollution a été retardée à partir d'Euro 3, les constructeurs ayant refusé de produire ces nouvelles technologies coûteuses tant qu'ils ne pouvaient en faire supporter le coût par leurs clients (c'est-à-dire tant qu'un prix additionnel ne serait pas fixé).

C'est ce que révèle un nouveau document dévoilé par le quotidien Le Monde, qui montre de surcroît que ce sont en particulier les transporteurs français qui ont payé le prix fort (davantage que leurs concurrents européens) : « Tous les membres du cartel souhaitaient profiter de l'introduction de l'euro en tant que monnaie unique (en 2001). Ils ont estimé que la France avait les prix les plus bas et se sont mis d'accord sur le fait qu'ils devaient être augmentés ». Selon le quotidien, quatre générations de camions de plus de 6 t, de la norme Euro 3 à Euro 6, sont concernées par ces « arrangements » dénoncés par la Commission. Les prix auraient été gonflés d'environ 8 000 euros par camion entre 1997-2011, selon l'ONG Transport & Environment.

Interviewée par Le Monde, Florence Berthelot, déléguée générale de la Fédération nationale des transports routiers a expliqué qu'il est difficile pour les transporteurs routiers de porter plainte tant qu'une étude économétrique ne permet pas « de connaître le bon prix qu'auraient dû payer les transporteurs et d'évaluer le manque à gagner en termes d'économies de carburants qu'aurait dû permettre une application non reportée des normes Euro ». La responsable de la FNTR précise qu'elle ne peut pas engager de poursuite au nom de ses adhérents, mais qu'un certain nombre d'entre eux ont été « approchés par des cabinets et se sont engagés dans des procédures devant des juridictions en Allemagne et aux Pays-Bas pour réaliser des transactions ». En parallèle, 3 000 transporteurs néerlandais viennent de lancer une action en nom collectif aux Pays-Bas, en comptant bien parvenir à une transaction avec les constructeurs sous la houlette d'un juge, plutôt qu'une procédure litigieuse plus lourde. Ça commence aussi à bouger au Royaume-Uni et en Espagne... - MF

 Reproduction autorisée avec mention Transporteurs.net

 Envoyer cette brève

  Commentaires

  Recevoir notre Newsletter

Les camions préférés des Français
Un débat dépassionné
Si un soir, au moment de la coupure dans un Relais Routiers, vous posez la question : « Quel camion aimeriez-vous conduire si votre patron vous ... +

Les camions préférés des Français
Tour d’horizon des marques
Pour une fois, plutôt que de partir en reportage au bout du monde, nous sommes tout simplement allés à la recherche des camions les plus vendus en ... +

Nicolas Dupont-Aignan, 56 ans, candidat aux présidentielles
« J’ai beaucoup d’admiration pour les routiers »
Resté dans l’ombre lors des présidentielles de 2012, Nicolas Dupont-Aignan a gagné quelques points de popularité avant celles de 2017. Maire de ... +

Course-poursuite à 130 km/h
Les chauffards de l’A7 mis au pas
Au lendemain des 24 heures du Mans camions, deux passionnés de tuning se sont offert une course-poursuite sur l’A7 au volant de leur 40-tonnes, à ... +

La SITL
Du gaz, mais pas seulement
Cette année, la Semaine internationale du transport et de la logistique se tenait porte de Versailles, en version plus réduite qu’à Villepinte, mais ... +

Année