equipeabonnementboutiquepubContact

Breves SEJT

Rechercher dans nos brèves :


Mise en ligne le 27/07/2020 09:01:49 Référence : 51068

Réforme de la formation : quid de l'avenir d'écoles privées comme celle de GT ?

GT solutions est un pionnier de la formation à la conduite : dès 1965, le loueur de camions avec conducteur faisait former ses salariés, et la première école du conducteur privée en France a vu le jour chez lui en 1988. En trente ans, il a formé plus de 3 500 personnes au métier de conducteur routier (soit 120 par an), dont 45% ont pu évoluer au sein du groupe GT par la suite. En 2019, pour accroître sa capacité de formation face à la pénurie de conducteurs en France, GT solutions a créé avec l'Aftral un second site de son école sur Paris, ce qui a fait monter le nombre de futurs conducteurs à 200 par an.

Or l'avenir de l'Ecole GT et du métier de chauffeur est fortement impacté par les réformes sur le financement des formations professionnelles et les pertes de financement qu'elles induisent. Ainsi, les lois successives du 5 mars 2014 et du 5 septembre 2018 (appliquée en 2020) ont favorisé les petites entreprises de moins de 50 salariés et les demandeurs d'emploi dans le financement des formations. Depuis 2018, GT ne peut plus récupérer une partie des versements obligatoires auprès de l'OPCO mobilité.

Pour les élèves de l'Ecole du Conducteur, cette suppression des versements se traduit par perte de l'allocation tutorale et de l'allocation accompagnement (environ 4 000Euros par élève). Des financements restent certes possibles via Pôle Emploi, mais ils sont très lourds à mettre en place du point de vue administratif et ne sont pas encore déployés sur l'ensemble du territoire.

L'Ecole GT devient dont par obligation un centre d'apprentissage : les contrats d'apprentissage réservés aux moins de 30 ans offrant plus d'avantages financiers que les contrats de professionnalisation, Matthieu Sarrat, DG de GT solutions, a fini par créer un centre d'apprentissage pour cette tranche d'âge, aux dépens des élèves de plus de 30 ans auparavant formés, souvent issus d'une reconversion professionnelle. « Très motivés et matures, ce sont ceux qui s'intégraient le plus rapidement et durablement au sein de nos filiales. On perd un peu l'esprit maison », déplore Matthieu Sarrat, qui craint que cette situation intensifie la concurrence entre employeurs du secteur transport. L'institut GT continuera à intégrer des personnes de plus de 30 ans en contrat de professionnalisation (sur une base de 50% de l'effectif approximativement) mais le coût sera significativement supérieur à celui d'un apprenti. - MF

 Reproduction autorisée avec mention Transporteurs.net

 Envoyer cette brève

  Commentaires

  Recevoir notre Newsletter

La guerre contre l’obésité
Les poids lourds catégorie super light
La guerre contre le surpoids ne concerne pas seulement les hommes et les femmes qui se nourrissent mal. Les camions aussi sont concernés par ce ... +

Travailler dans le transport routier
Formé, embauché !
Le transport routier est l’une des branches professionnelles offrant le plus grand nombre de débouchés, avec un choix de plus de 100 métiers ! ... +

Formations obligatoires
Une FCO sur le vif
On voulait se faire une idée in situ du sentiment des routiers à l’issue de leur FCO. Le centre AFT de Gennevilliers nous a ouvert ses ... +

CAP et Bac pro
Un bon sésame pour la vie professionnelle
Il semble qu’un CAP ou Bac Pro en conduite routière soit le diplôme de l’enseignement professionnel le plus difficile à obtenir… mais aussi le moyen ... +

Bilan et perspectives des véhicules industriels
Les best-sellers du marché
Traditionnellement, l’Observatoire du véhicule industriel (OVI) présente le bilan économique de l’année passée et lève le voile sur 2014. Le marché ... +

Magazine