equipeabonnementboutiquepubContact

Breves SEJT

Rechercher dans nos brèves :


Mise en ligne le 11/06/2021 08:43:33 Référence : 56065

Les chauffeurs de camions davantage exposés à l'apnée du sommeil

Vinci a mené sur son réseau une enquête auprès d'un panel de 515 conducteurs de 17 nationalités différentes (dont 50% de Français). Objectif : en savoir plus sur leurs pathologies et leur faire rencontrer des spécialistes, pour mieux cerner les spécificités de leur métier.

Il en ressort, de façon peu surprenante, que les routiers sont davantage exposés que le reste de la population à des facteurs de risques pour leur santé (surpoids, tabagisme), avec des conséquences potentiellement dangereuses sur la route. Sur les 515 conducteurs interrogés, 24 % sont obèses (contre 16 % parmi les hommes français), 38 % consomment du tabac quotidiennement (contre 28%) et moins d'un tiers (29 %) déclarent pratiquer une activité sportive.

Les conditions de travail d'un conducteur routier (sédentarité, alimentation, horaires de travail) ne favorisent effectivement pas une vie saine. Il en résulte des prévalences plus élevées de pathologies cardio-vasculaires, de diabète, de cancer du poumon ou d'obésité directement liées à leurs habitudes de vie et conditions de travail. Mais aussi des risques en termes d'accidentologie, le tabagisme et l'obésité faisant assez mauvais ménage avec le sommeil, car ils favorisent notamment l'apnée du sommeil, qui provoque une baisse d'attention dans la journée. Mais pas seulement : « Quand on est en surcharge pondérale, on est moins alerte, on bouge moins rapidement, donc on manque de capacité à réagir si la situation l'exige (au volant) », souligne le chercheur qui a mené l'enquête en 2018.

Là où on voit que les chauffeurs routiers sont des pros, c'est que malgré tout, ils ne sont pas plus nombreux proportionnellement que les automobilistes à frôler l'accident (soit 40 % pour les uns comme pour les autres). A quoi bon cette étude ? En tirer des mesures en termes de prévention pour ces « invisibles, sans qui l'économie ne tiendrait pas trois semaines ».

Vinci songe en conséquence à mettre en place sur les aires de service un environnement propice à l'activité physique, ne serait-ce que pour les inciter à marcher, mais aussi proposer de la restauration autre que des sandwiches sous vide. Le concessionnaire compte aussi augmenter le nombre d'aires sécurisées, pour assurer un sommeil plus serein aux conducteurs. Il oublie juste que très rares sont les patrons à payer à leurs conducteurs un parking surveillé ! - MF

 Reproduction autorisée avec mention Transporteurs.net

 Envoyer cette brève

  Commentaires

  Recevoir notre Newsletter

La guerre contre l’obésité
Les poids lourds catégorie super light
La guerre contre le surpoids ne concerne pas seulement les hommes et les femmes qui se nourrissent mal. Les camions aussi sont concernés par ce ... +

Travailler dans le transport routier
Formé, embauché !
Le transport routier est l’une des branches professionnelles offrant le plus grand nombre de débouchés, avec un choix de plus de 100 métiers ! ... +

Formations obligatoires
Une FCO sur le vif
On voulait se faire une idée in situ du sentiment des routiers à l’issue de leur FCO. Le centre AFT de Gennevilliers nous a ouvert ses ... +

CAP et Bac pro
Un bon sésame pour la vie professionnelle
Il semble qu’un CAP ou Bac Pro en conduite routière soit le diplôme de l’enseignement professionnel le plus difficile à obtenir… mais aussi le moyen ... +

Bilan et perspectives des véhicules industriels
Les best-sellers du marché
Traditionnellement, l’Observatoire du véhicule industriel (OVI) présente le bilan économique de l’année passée et lève le voile sur 2014. Le marché ... +

Magazine