logo

 

Laissez-nous votre email
pour recevoir notre newsletter :

084710


Fermer

logo
     Se connecter
     Se connecter

Actualités
de la route et des transports
Recevoir notre Newsletter
Articles en accès libre
1. Choisissez un n°
2. Puis un article
Actualités de la route et des transports


11 janvier 2023 - (59208)

SPORT

Dakar : à la 9e étape, plus qu'un seul Iveco aux trousses de Loprais (Praga)

Alors que le suspense régnait depuis le début de ce Dakar 2023 qui prendra fin ce dimanche 15 janvier, la situation s'est enfin décantée hier mardi dans la 9e étape entre Riyadh et Harah. Dominateur depuis le début, Ales Loprais sur son Praga (Tatra) restait sur l'étape de lundi sous la menace de quatre Iveco : Martin Van Den Brink à 16 minutes, Van Kasteren et Macik, tous deux à 38 minutes, et Mitchel Van Den Brink (en assistance rapide) à 1h51.

Mais dans la spéciale de mardi, longue de 359 km chronométrés sur 686 km parcourus, les fortes pluies de ces derniers jours sur l'Arabie avaient rendu les pistes boueuses. Lors du franchissement d'un gué transformé en rivière de 800 m de large, les deux Iveco de Martin Van Den Brink et de Macik se sont plantés. Malgré les plaques de désensablage et les sangles, il a fallu attendre l'assistance de Mitchel Van Den Brink pour sortir deux des trois pilotes Iveco.

En concédant 41 minutes au vainqueur de l'étape Van Kasteren (De Rooy) et une demi-heure sur le leader Loprais, Van Den Brink, qui était 2e au général la veille (lundi), est désormais 3e à 46 minutes. Macik (10e mardi de la spéciale) compte 1h17 de retard. Sur les cinq Iveco, un seul, celui de Van Kasteren, reste menaçant au général. Après avoir repris 11 minutes à Loprais, le pilote de pointe du Team De Rooy, vainqueur de l'étape 9, revient à 16 minutes du leader au général et occupe la 2e place.

« En début d'étape, après 10 km dans les dunes, j'ai déjanté et le changement de la roue nous a fait perdre 10 minutes, confie Janus Van Kasteren junior. Pour franchir la rivière, nous avons baissé la pression des pneus et pris de l'élan. J'avoue qu'à pleine vitesse avec les gerbes d'eau, je n'ai pas vu sur ma droite mes équipiers plantés ! ». Lorsqu'il a enfin aperçu ses collègues, Janus a failli se faire surprendre par la boue et il a décidé de sortir du piège afin de préserver la dernière chance du Team.

Tout reste possible car il reste 5 jours de course. L'exploit d'hier revient à De Baar (Riwald), qui s'offre une 2e place de l'étape, alors qu'il avait perdu beaucoup de temps durant la première semaine. Il remonte 16e au général. - AL

Partager
L’Iveco MM orange n°501 de Martin Macik est celui qui a perdu le plus de temps (38 minutes) mardi.

L’Iveco MM orange n°501 de Martin Macik est celui qui a perdu le plus de temps (38 minutes) mardi.
Le malheur des trois Iveco profite à De Baar (Riwald) 2e de l’étape qui remonte 16e au général.

Le malheur des trois Iveco profite à De Baar (Riwald) 2e de l’étape qui remonte 16e au général.

L’Iveco MM orange n°501 de Martin Macik est celui qui a perdu le plus de temps (38 minutes) mardi.

L’Iveco MM orange n°501 de Martin Macik est celui qui a perdu le plus de temps (38 minutes) mardi.

Le malheur des trois Iveco profite à De Baar (Riwald) 2e de l’étape qui remonte 16e au général.

Le malheur des trois Iveco profite à De Baar (Riwald) 2e de l’étape qui remonte 16e au général.


 
Articles en accès libre
1. Sélectionnez un numéro
2. Choisissez un article en accès libre