logo

 

Laissez-nous votre email
pour recevoir notre newsletter :

321753


Fermer

logo
     Se connecter
     Se connecter

Actualités
de la route et des transports
Recevoir notre Newsletter
Articles en accès libre
1. Choisissez un n°
2. Puis un article
Actualités de la route et des transports


28 septembre 2023 - (60567)

CIRCULATION

Grève de routiers de l'Est sur une aire allemande : le groupe polonais Mazur (Lukmaz, Agmaz et Imperia) fait à nouveau parler de lui

En mai dernier, 70 conducteurs de l'Est qui campaient sur un parking allemand au sud de l'Allemagne depuis près de deux mois ont semble-t-il eu gain de cause auprès de leur employeur polonais Mazur (propriétaire des trois sociétés de transport polonaises Luk-Maz, Agmaz et Imperia), qui ne leur avait versé aucun salaire pendant plus d'un mois (voir dépêche 59966). Rappelons que Mazur, avant de se résoudre à leur régler leurs salaires, avait tenté de récupérer les semi-remorques avec l'intervention d'une milice privée.

On ne sait pas si, depuis, ces règlements d'arriérés ont vraiment été réalisés. Ou si de nouveaux contentieux ont émergé. En effet, notre confrère l'AFP rapporte une deuxième histoire de grève, qui a été reprise entretemps par les télés. Le transporteur est le même, les conducteurs en grève sont des pauvres bougres de l'Est, et le parking est là encore allemand (Mazur a une filiale dans ce pays). Seule différence : depuis dix semaines (la mi-juillet), ils campent cette fois dans leurs camions sur l'aire de Gräfenhausen, près de Francfort.

Ils sont originaires d'Ouzbékistan et de Géorgie pour la plupart, mais aussi pour quelques-uns de Turquie, du Tadjikistan et d'Ukraine. Depuis le mois de juillet, les bâches de leurs camions bleus font office de bivouac dans lesquelles la survie s'est organisée. La semaine dernière, plusieurs y ont mené cinq jours de grève de la faim, allongés dans la remorque.

Ces grévistes affirment ne pas être payés régulièrement (au tarif journalier d'environ 80 euros) et être soumis à des horaires de travail excessifs pendant des semaines, entre Allemagne, France, Italie, Autriche, Pays-Bas et Suisse. En tout cas très loin de leurs proches.

Au total, ils réclament un demi-million d'euros d'impayés, alors que Mazur conteste tout manquement à ses obligations contractuelles. Les conducteurs travaillent pour plusieurs filiales du groupe. Mazur affirme que tous les salaires ont été payés dans les délais.

Il s'avère que suite à la première grève, l'Inspection allemande du travail a entamé une procédure administrative contre l'entrepreneur, qui s'est vu infliger des amendes pour ne pas avoir respecté les horaires de travail indiqués dans les permis de conduire étrangers Conducteurs. et pour ne pas avoir présenté les dossiers permettant de contrôler les horaires de travail des conducteurs.

L'entreprise dément également les allégations selon lesquelles elle exige de la part des chauffeurs des frais indus pour qu'ils obtiennent des visas ou des recommandations de travail. Les grévistes eux soutiennent qu'ils ne font que réclamer les salaires décents promis à leur embauche. Ils reçoivent certes régulièrement de petites indemnités pour leurs repas mais pas toute leur paie, qu'ils attendent parfois pendant des mois, selon eux.

Le polonais Mazur assure de son côté que selon les contrats passés avec les routiers, chaque chauffeur décide lui-même combien de temps il veut travailler et quand il s'arrête de travailler. Il précise : « Certains travaillent pour nous durant plusieurs mois de façon continue, d'autres seulement quelques jours par mois ».

Les routiers et les employeurs (filiales de Mazur) ont réciproquement porté plainte les uns contre les autres. Leurs griefs sont actuellement entre les mains de la justice. - MF

Partager
Fin août, au bout de 6 semaines d'une nouvelle grève de conducteurs de la société de transport Mazur, sur l’aire de service de Gräfenhausen-Ouest.

Fin août, au bout de 6 semaines d'une nouvelle grève de conducteurs de la société de transport Mazur, sur l’aire de service de Gräfenhausen-Ouest.
Mazur, c'est aussi Imperia... Une inspection du travail s'y est soldée par des amendes infligées notamment pour ne pas avoir présenté les dossiers permettant de contrôler les horaires de travail des conducteurs

Mazur, c'est aussi Imperia... Une inspection du travail s'y est soldée par des amendes infligées notamment pour ne pas avoir présenté les dossiers permettant de contrôler les horaires de travail des conducteurs

Fin août, au bout de 6 semaines d'une nouvelle grève de conducteurs de la société de transport Mazur, sur l’aire de service de Gräfenhausen-Ouest.

Fin août, au bout de 6 semaines d'une nouvelle grève de conducteurs de la société de transport Mazur, sur l’aire de service de Gräfenhausen-Ouest.

Mazur, c'est aussi Imperia... Une inspection du travail s'y est soldée par des amendes infligées notamment pour ne pas avoir présenté les dossiers permettant de contrôler les horaires de travail des conducteurs

Mazur, c'est aussi Imperia... Une inspection du travail s'y est soldée par des amendes infligées notamment pour ne pas avoir présenté les dossiers permettant de contrôler les horaires de travail des conducteurs


 
Articles en accès libre
1. Sélectionnez un numéro
2. Choisissez un article en accès libre